CONFÉRENCES

L'OEE organise régulièrement des séminaires et des conférences, qui sont l'occasion de présenter les résultats des travaux réalisés par des chercheurs académiques. Ces évènements donnent lieu à des débats et des échanges entre les professionnels et le monde de la recherche.

Vous pouvez retrouver l'ensemble des présentations faites lors de ces rencontres, qui sont classées selon trois thèmes:

Vous pouvez retrouver également des présentations de séminaires et autres manifestations auxquelles l'OEE a participé.

15 mars 2017

Etat des lieux et perspectives de l'actionnariat en France. Les enseignements de l'approche comparative 

L'OEE et l'ANSA ont organisé mercredi 15 mars une conférence sur l’actionnariat des entreprises françaises et européennes.

Dans le Livre blanc Agissons d’urgence pour la croissance publié à l’automne 2016, l’ANSA présentait plusieurs propositions en faveur du développement de l’actionnariat qui constitue un enjeu essentiel pour le financement de l’économie.

Afin d’approfondir ces travaux, Christian Schricke, délégué général de l’ANSA, a évoqué le déclin de l’actionnariat individuel en France et les mesures préconisées par l’ANSA pour y remédier.

Jacques de Larosière, président de l’OEE, a rappelé que ce sont les ménages qui financent l’économie mais que leur épargne n’est pas suffisamment dirigée vers les fonds propres des entreprises. En effet, la taxation confiscatoire de l’investissement en actions illustre la contradiction entre les discours politiques et la réalité de la fiscalité. Les Français continuent d’épargner, mais principalement en produits bancaires. Le politique monétaire de la BCE avait pour but d’augmenter la consommation des ménages et l’investissement. Mais, à la différence des Etats-Unis, le Quantitative Easing de la Banque Centrale n’a pas eu comme effet d’orienter l’épargne vers les actions, en grand partie à cause de la fiscalité, et les ménages n’ont pas bénéficié d’effets de richesse qui auraient pu les inciter à consommer plus. Finalement, ce sont donc surtout les États en déficit qui ont bénéficié du en se finançant à bas coût.

Xavier Delsol, avocat associé chez Delsol Avocats, et Virginie Seghers, présidente de PROPHIL, ont présenté la première étude européenne sur les fondations actionnaires. Alors que celles-ci sont nombreuses et puissantes, dans plusieurs pays européens, (Allemagne, Danemark, Suède,…), il n’existe en France que quatre fondations actionnaires majoritaires ou de référence. Les auteurs formulent plusieurs propositions pour permettre leur développement.

Didier Davydoff, directeur de l’OEE, a quant à lui présenté les travaux de l’Observatoire sur l’actionnariat en Europe. Il a présenté des statistiques sur l’investissement direct et indirect en actions (via les fonds d’investissement, l’assurance vie et les holdings familiales). Il a montré que le poids des entreprises non financières dans l’actionnariat des autres entreprises s’est accru, car les groupes d’entreprises de toutes tailles représentent une part croissante de l’économie française. Il a aussi présenté de nouvelles statistiques sur l’origine géographique des investisseurs étrangers en actions françaises.