EN BREF

14 septembre : questionnaires MIFID, conseils financiers et comportement des investisseurs

Le 14 septembre, lors d'un séminaire organisé par Amundi, l'un de ses membres fondateurs, l'OEE a présenté les résultats de trois études empiriques portant sur la relation entre les réponses aux questionnaires MiFID, le comportement commercial réel des investisseurs particuliers et le plus tard. Les trois articles utilisent deux bases de données d’investisseurs de détail parmi lesquelles sont connues non seulement les réponses des investisseurs aux questionnaires MiFID, mais aussi les transactions et les portefeuilles de ces investisseurs au fil du temps. Ces travaux académiques ont été financés par l'OEE dans le cadre de son appel d'offres annuel.

Les principales conclusions de ces études sont les suivantes :

  • Les réponses aux questionnaires MiFID relatives aux attitudes face au risque et aux pertes sont des déterminants importants de la participation au marché boursier;
  • Les investisseurs qui répondent au test d'aptitude afin d'obtenir des conseils supplémentaires, révèlent leur «appétit pour l'information» et ont tendance à investir «plus intelligemment» que les autres.
  • Les investisseurs qui déclarent un niveau élevé de littératie financière dans les questionnaires investissent «plus intelligemment».

Marie-Hélène Broihanne, Professeur à l'EM Strasbourg et l'un des auteurs de ces articles, a présenté les résultats académiques.

La présentation a été suivie d'une table ronde présidée par Marie Brière, responsable du centre de recherche des investisseurs chez Amundi et professeure affiliée à l'université Paris Dauphine. Les participants à la table ronde étaient Bernard Agulhon, responsable des affaires réglementaires chez Amundi, Claire Castanet, directrice des relations investisseurs chez AMF et Dorothée Sauloup, responsable mondiale de la gestion des produits chez AXA IM.

Consulter la présentation

23 août : Epargne et financement des entreprises : un éclairage international

L’OEE, dont la mission est de promouvoir la recherche sur l'épargne, son rôle économique et social et les facteurs susceptibles de l'influencer publie une étude intitulée « Epargne et financement des entreprises : un éclairage international ». Cette étude se situe dans le cadre des propositions formulées par la mission conduite par le député Jean-Noël Barrot et Madame Alice Zagury sur l’épargne et le financement des entreprises.

Les principaux enseignements de l’étude, concernant les produits d’épargne retraite, sont les suivants :

  • La flexibilité du mode de sortie est un facteur clé d’attractivité pour les épargnants;
  • L’émulation entre toutes les catégories de prestataires devrait permettre un démarrage rapide d’un nouveau produit doté d’une marque unique;
  • Il faut s’efforcer de faire converger les caractéristiques des produits français avec celles du futur « Produit d'épargne retraite paneuropéen » (PEPP);
  • Un abondement par l’Etat des cotisations versées par les épargnants sur un produit d’épargne retraite individuelle serait un facteur de diffusion rapide de l’équipement des ménages;
  • Il faut simplifier et rendre lisibles les dispositifs de retraite;
  • Des mesures pourraient être prises pour inciter les nouveaux retraités à investir leur indemnité légale de retraite dans un PEA ou en rente viagère.

L’étude met également en avant certaines mesures qui pourraient être prises en France, toujours en s’inspirant des expériences des voisins européens, afin de :

  • Simplifier l’accès des PME aux marchés publics de capitaux ;
  • assouplir les règles d’allocation d’actifs des investisseurs de long terme ; et
  • améliorer l’éducation économique et financière à l’école.

Consulter l’étude dans son intégralité

Mars : L’éducation financière au service des personnes âgées et vulnérables

Dans le cadre du projet FinKit sur l’éducation financière, l'OEE a rédigé une fiche pédagogique sur la possibilité de mettre en place un service de guidance financière à destination des individus à bas revenus.

Cette fiche est téléchargeable sur le site dédié au projet. Le site contient également les résultats des différents travaux menés par les partenaires du projet FinKit (CeRP, CECE, IPS de Sétubal, OEE, Ufficio Pio) ou des acteurs externes (Municipalité de Turin, Banque d’Italie…) pour encourage l’éducation financière notamment auprès des personnes âgées.

Consulter la fiche

8 mars : Petit-déjeuner débat sur le financement des entreprises

Le 8 mars 2018, l’OEE a organisé un petit-déjeuner débat en présence du député Jean-Noël Barrot. Cette réunion a été l’occasion pour les membres de l’OEE d’échanger avec le député sur les propositions de son rapport co-écrit avec Alice Zagury sur le plan de financement des entreprises dans le cadre du « Plan Action pour la croissance et la transformation des entreprises » (PACTE).

Ce rapport comporte 45 propositions dont certaines relatives à l’épargne. Certaines propositions seront intégrées dans un projet de loi qui sera présenté au Parlement au cours du printemps 2018. Les échanges lors du petit-déjeuner ont principalement porté sur l’épargne de long terme et l’épargne retraite.

Consulter le Rapport Barrot-Zagury et la synthèse des échanges

16 février : Valeur ajoutée et risques des Robo-advisors

Le 16 février 2018, l’OEE a organisé une conférence sur le thème « Valeur ajoutée et risques des Robo-advisors ». Cette conférence a rassemblé des acteurs du monde de la recherche académique et des professionnels de la finance.

Marie Brière (Université Paris Dauphine, Amundi) a rappelé les enjeux des Robo-advisors dans une économie de plus en plus digitalisée et en présence de biais psychologiques des investisseurs individuels.

Au cours de cette conférence Andreas Hackethal a présenté les résultats de son étude sur les comportements des investisseurs en présence de Robo-advisors, qui a été financée par l’OEE lors de l’appel d’offres 2016. Les travaux de recherche ont porté sur un échantillon d’investisseurs allemands clients de Robo-advisors. Il ressort que les robo-advisor réduisent à diminuer les biais comportementaux des investisseurs et augmentent le taux de participation au marché actions.

Sébastion d’Ordano a présenté le Robo-advisor Yomoni dont il est Président Exécutif. Il a rappelé les enjeux d’un nouvel acteur de la finance afin d’apporter de nouvelles solutions d’investissement aux investisseurs individuels.

Jessica Mosher a présenté les résultats d’études publiées par l’OCDE « Robo-Advice for pensions » et « Technology and pension ». Les nouveaux acteurs Fintech et Robo-advisors peuvent apporter des solutions pour la préparation à la retraite grâce notamment à une réduction des coûts et une meilleure accessibilité des services proposés aux investisseurs individuels.

Consulter les présentations 

ACTUALITÉS 2017

ACTUALITÉS 2016

ACTUALITÉS 2015

ACTUALITÉS 2014

ACTUALITÉS 2013

ACTUALITÉS 2012

ACTUALITÉS 2011

ACTUALITÉS 2010-2009-2008

ABONNEMENT LETTRE DE L'OEE